Adieu 5D Mark III, adieu Canon ?

J’hésitais depuis pas mal de temps, c’est fait, je viens de me séparer de l’intégralité de mon matériel Canon : 5DIII, objectifs, flashs, module GPS, batterie-grip, … tout y est passé ! Je me retrouve un peu comme un manouche sans guitare. 🙂 Je vous avoue ne pas précisément savoir ce que je vais faire, photographiquement parlant mais j’y réfléchis !

En premier lieu, les raisons de cette vente sont triples :

  • Chaque nouvelle itération de la gamme Canon (principalement 5D en ce qui me concerne) me laisse un peu pantois (voir plus bas) et je trouve que le constructeur fait le minimum afin de donner envie de changer.
  • L’engouement des premières années estompé, le poids et le volume du matériel finissaient par avoir raison de moi. Ainsi, mon matériel restait un peu trop souvent dans mon coffre ; ce qui ne m’enchantait guère.
  • J’ai eu l’opportunité de vendre l’ensemble à un prix relativement correct (toute proportion gardée) alors j’ai sauté sur l’occasion (toute proportion gardée, là encore).

Je reconnais avoir de plus en plus de mal avec « les constructeurs historiques d’appareils photos » qui pensent savoir mieux que le client, de quelle manière on fait une photo. Je ne parle bien sûr pas de la technique photo, ils maîtrisent ça depuis la nuit des temps.

Moi, je suis un client en 2017, je veux pouvoir faire un brin de vidéo quand je balance 7000€ dans un Nikon D5 et 4000€ dans un objectif… le tout pesant le poids d’un âne mort, rappelons-le !

Tout comme il est inacceptable d’avoir des bridages au niveau du logiciel interne afin de ne pas pouvoir filmer en 4K, de ne pas pouvoir désactiver l’Automatic Gain Control, etc… Coucou Canon !

Il y a bien sûr des raisons mais celles-ci sont rarement d’ordre technique. Bien souvent, il s’agit avant tout de segmenter une gamme, pour que le dernier 5D Mark IV ne puisse surtout pas faire d’ombre aux Canon C100, C300 et compagnie.

La pratique est connue dans d’autres domaines mais là où le bât blesse, c’est lorsque le consommateur s’aperçoit que les fonctions dudit produit sont réellement décuplées en installant un firmware alternatif !

Je suis un peu outré par toute cette politique, celle qui consiste également à vendre 400 balles un module GPS externe (à l’intégration discutable) alors qu’il ne doit guère dépasser 2€ compte-tenu de l’électronique qu’il embarque.

Alors oui, effectivement, les puristes de la première heure argumenteront qu’un D5 ne fait pas de vidéo mais qu’il n’est pas là pour ça, qu’en photo, il s’agit du summum des appareils 24×36, etc. A 7000 balles, encore heureux qu’il prenne une photo… manquerait plus que ça !

En synthèse, en 2017, ça m’emmerde de balancer plus de 10K€ dans du matos lourd et encombrant, sans pouvoir, par exemple, poster une photo à la va-vite sur Facebook (ou autre). Tout ça alors que le moindre smartphone (à moins de 100 grammes et 100 balles) en est capable. Lui, pourra même faire du live streaming, ajouter un commentaire, recadrer l’image et faire un semblant de retouche… n’en demandons pas trop.

A l’heure où les ventes s’effondrent, il serait peut être temps d’innover un peu (envisager un bout d’Android dans un coin de vos boîtiers ; qui ont déjà mis tant d’années à intégrer un peu de Wi-Fi) au lieu de parfaire des produits à coup de collimateurs autofocus de systèmes AF de plus en plus élaborés et dont personne ne se sert (ou ne sait se servir, ne nous mentons pas).

En guise de conclusion, je dirais qu’à une époque où même les fourchettes sont connectées, vos boîtiers ne le sont pas ! Canon, on a vraiment envie de vous aimer mais vous faites chier.

PS : Ce billet d’humeur étant déjà (bien) long, je reviendrai ultérieurement sur mes intentions d’achat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *